Piraterie et brigandage maritimes, les chiffres du dernier rapport de MICA Center pour l’année 2020

Le Centre d’Information maritime, de Coordination et d’Alerte (MICA Center) est un organisme créé en 2016, qui veille sur le trafic maritime à l’échelle mondiale et recense les différents événements affectant la sûreté maritime. Les informations recueillies sont ensuite communiquées aux navires et aux organismes chargés du déclenchement d’une intervention en mer contre les actes illicites.
Son dernier rapport pour l’année 2020 fait état d’une tendance à la hausse de l’insécurité dans le domaine maritime, marquée par une augmentation des actes de piraterie et de brigandage.

Ces actes sont respectivement des faits de violence commis à des fins privées, en haute mer contre les navires (piraterie) et tous actes illicites commis à des fins privées contre un navire, ou contre des personnes et/ou des biens à son bord, dans les eaux intérieures, les eaux archipélagiques ou la mer territoriale d’un État (brigandage).

Les différents actes recensés sont essentiellement des prises de contrôle des navires et/ou de leurs équipages, des attaques au cours desquelles, des individus ont eu recours à des armes ou mené une action contre le navire sans toutefois parvenir à en prendre le contrôle, des actes d’approche se caractérisant par une intention manifeste de mener une attaque contre un navire et des vols réalisés dans les eaux territoriales.

Au total, 375 cas ont été recensés dans trois grandes régions à travers le monde : l’Océan atlantique, l’Océan indien et la région d’Asie du sud-est.

Chiffres par région :
Dans l’Océan atlantique, c’est toujours la région du Golfe de Guinée qui continue de préoccuper avec une augmentation des actes illicites en 2020. 114 événements liés à la piraterie et au brigandage y ont été recensés, un chiffre quasi constant depuis 2019, et 142 marins kidnappés, portant le nombre total de marins kidnappés entre 2017 et 2020 à 447.

Dans les Amériques et arc des Caraïbes, 98 cas de vol contre 128 en 2019 et 6 cas d’attaque ont été recensés. Ces chiffres pourront probablement augmenter dans les mois à venir, car des mesures de restrictions imposées dans certaines régions comme le Panama, le Honduras, dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, interdisant par exemple la navigation de plaisance, ont contribué à ralentir les actes illicites dans ces régions, qui étaient plutôt en hausse constante depuis 2014.

L’océan indien enregistre 55 évènements en 2020, constitués en majorité de vols qui surviennent sur les navires au mouillage, en particulier dans le golfe du Bengale. La pandémie de la COVID-19 a largement contribué à la recrudescence des cas de vol dans cette région, dans la mesure où de nombreux navires ont été contraints de prolonger leur présence dans les ports et dans les zones d’attente.

Les principales régions à risques sont entre autres, le Golfe d’Aden, où ont été reportés 16 actes de pirateries, la Somalie (les côtes somaliennes réputées dangereuses ont connu une baisse significative en 2020, des actes illicites, à cause de la bonne coopération entre les États, les organisations régionales et internationales qui apportent aux autorités somaliennes des outils nécessaires pour lutter contre la piraterie provenant de ses côtes. Un seul vol sur un navire au mouillage a eu lieu au nord de la Somalie dans le Golfe d’Aden), l’Inde et le Bangladesh.

Dans l’Asie du sud-est, 96 événements ont été recensés, dont une cinquantaine dans les détroits de Singapour et de Malacca, 37 dans la ZEE de l’Indonésie, 7 dans les eaux malaisiennes.

L’état des actes de piraterie et de brigandage durant la dernière décennie se présente comme suit :
Piraterie par zone                                       Brigandage par zone







Source : MICA Center

Évaluation annuelle des événements de piraterie et de brigandage








Source : MICA Center


Télécharger pdf


ADAM ASSURANCES – 33, Allées de Chartres – 33000 Bordeaux
www.adam-assu-mar.comLe Lab – Recherches et innovations en assurances maritimes et transports En partenariat avec le Centre de droit maritime et océanique, Nantes et le Centre de recherche et de documentation européennes et internationales, Bordeaux
Patrice A. EDORH-KOMAHE
pedorh-komahe@adam-assu-mar.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.